Semaine 6 du lundi 10 juin 2019 au dimanche 16 juin 2019 étapes nuit

Lundi 10 juin 2019 / jour 37 - Gölbaşı, Ankara, Turquie


Ce matin départ sous un ciel nuageux, hier soir orage et pluie, puis le temps s'éclaircit, nous passons à coté du lac salé, mais nous ne nous arrêtons pas car beaucoup trop de monde. Nous arrivons à notre bivouac à 10 Km d'Ankara, super endroit avec piscine et tout le confort car c'est un parking privé d'hôtel 4 étoiles (le prix de la nuit aussi, 192 TH 29€ ), à la fin de l'après-midi retour de la pluie et de l'orage.


.



Notre itinéraire du jour ( cliquer sur la carte pour l'agrandir )



Itinéraire sur carte Google (cliquer sur le mot itinéraire)

Passage ville: Nevşehir - Aksaray - Şerefli-Koçhisar


METEO Matin: Nuageux 16°c
METEO Midi: Beau
METEO Soir: Pluie, orage

DEPART: 09h10
Ville: Gorème
Pays: Turquie


ARRIVEE: 13h05
Ville: Gölbaşı, Ankara
Pays: Turquie

TYPE D'ARRET:
Aire Camping-car Ulasan
TARIF: 192 TL
TV SAT: NON

EAU: OUI
VIDANGE: OUI
ELECTRICITE: OUI
WIFI: oui et 4G


TEMPS DE PARCOURS: 4h04
MOYENNE: 73 km/h
CONSO MOYENNE: 12,9 l.

COMPTEUR DEPART: 83026 km
ARRIVEE: 83323 km
TOTAL: 298 km
CUMUL: 4158 km

Point GPS bivouac nuit:
Gölbaşı est une ville et un district de la province d'Ankara dans la région de l'Anatolie centrale en Turquie. Lors de la tentative de coup d'État de 2016 en Turquie, le quartier-général du Police Special Operation Department a été bombardé par des F-16 insurgés faisant, selon une source, 47 morts parmi les policiers. Le quartier général de la division d'aviation de la police et le siège social de l'opérateur de satellite Türksat ont également subit des bombardements.
Ankara (anciennement appelée Angora et Ancyre durant l'Antiquité), située en Anatolie centrale, est la capitale de la Turquie depuis le 13 octobre 1923 et la deuxième plus grande ville du pays, après Istanbul. C’est également la préfecture de la province du même nom. Ses habitants sont les Ankariotes. Peuplée de plus de 5 millions d'habitants, la ville est située à 938 mètres d'altitude. Connue sous le nom de Aγκυρα (Anküra) par les Galates, les Romains et les Phrygiens, Ankara signifie « ancre » ou « mouillage ». Selon certains mythes, Ankara est en effet l'endroit où le roi des Phrygiens, Midas a trouvé une ancre. Ce symbole est également estampillé sur certaines pièces de monnaies anciennes, exposées au musée des civilisations anatoliennes (turc : Anadolu Medeniyetleri Müzesi). Le nom de cette ville a été retranscrit en alphabet latin dans le monde occidental avec l'orthographe « Ankyra » et « Ancyra ». À la suite de l'arrivée des peuples turcs en Anatolie, le nom de la ville s'est transformé en Engürü et Engüriye en turc, et en Angora en langues occidentales. Ce n'est qu'au xvie siècle que l'orthographe Ankara (انقره) a commencé à être utilisée, selon divers documents officiels ottomans7. La bataille d'Ankara a lieu à proximité en 1402. L'officialisation de cette orthographe a seulement lieu à la suite de la demande officielle de la République turque, formulée le 28 mars 19308. À partir de cette date-là, l'office de poste turc n'a plus autorisé la livraison des courriers portant la mention « Angora » comme adresse de destinataire9 afin d'universaliser l'utilisation de l'orthographe « Ankara ». Bien qu'Ankara soit en grande partie une ville nouvelle, ses origines sont très anciennes. Certains vestiges hittites découverts dans la citadelle attestent la présence d'une cité du temps de l'Empire hittite, cité qui portait le nom d’Ankuva, mentionnée dans plusieurs inscriptions hittites. Après les Hittites, Ankara connut la domination des Phrygiens, des Perses, d'Alexandre le Grand et enfin celle des Galates, tribus gauloises parmi lesquelles celle des Tectosages. Ceux-ci firent d'Ankara (qu'ils appelaient Ancyre) leur capitale et construisirent une forteresse. Des traces écrites mentionnent qu'Alexandre le Grand s'est rendu à Anküra en l'an 333 av. J.-C., lors de son avancée vers l'est3. Les Romains qui s'étaient emparés de la ville en 189 av. J.-C., en laissèrent le gouvernement aux Galates jusqu'en 25 avant notre ère, date à laquelle le royaume galate fut annexé à l'Empire romain. La ville fut promue au rang de « métropole » par Néron qui fit reconstruire ses murailles. Durant la période byzantine, la ville connut une certaine prospérité mais les invasions des Sassanides et des Arabes au viie siècle furent dévastatrices. Tour à tour, prise par les Byzantins, les croisés et les Turcs, Ankara fut, à partir de 1354, administrée par les Ottomans. En 1402, dans la plaine d'Ankara eut lieu la grande bataille (Ankara Muharebesi) au cours de laquelle Tamerlan anéantit l'armée ottomane et fit prisonnier le sultan turc Bayezid Ier. Mais la ville redevint ottomane en 1414. Elle devint une ville secondaire de l'Empire ottoman, connue des Occidentaux sous le nom d’Angora, d'où vient le nom donné aux chats, lapins et chèvres à long poil typiques de la région. Liée au système des chemins de fer ottomans à la fin du xixe siècle, elle restait pourtant une bourgade de 30 000 habitants au début du xxe siècle. Loin des zones occupées, elle est choisie par Mustafa Kemal Atatürk comme le centre de la lutte nationale et la Grande Assemblée nationale de Turquie y est inaugurée le 23 avril 1920. À la suite de la victoire des forces kémalistes, elle devint la capitale de la Turquie le 13 octobre 1923, remplaçant Istanbul, la capitale historique de trois empires : l'Empire romain, l'Empire byzantin et l'Empire ottoman. Mustafa Kemal Atatürk a choisi cette petite ville de 20 000 habitants comme capitale de la nouvelle république : d'une part pour des raisons stratégiques car située au milieu du plateau anatolien, elle n'était pas aussi vulnérable aux attaques venant des côtes comme l'était Istanbul ; d'autre part, pour des raisons politiques, car la République voulait couper les ponts avec l'ancien régime avec tous les symboles de l'ancienne capitale impériale, dont l'influence des milieux affairistes levantins était jugée néfaste. Le choix d'Ankara était audacieux en raison de sa situation géographique et ses conditions climatiques. Au centre d'un plateau sec et aride, le climat y est continental, avec des étés chauds et secs, des hivers rudes. L'urbanisation d'Ankara pour doter cette ville de bâtiments nécessaires à la fonction d'une ville-capitale devint un projet ambitieux du nouveau régime et fut confié à l'urbaniste et architecte allemand Hermann Jansen (de), qui remporta un concours en 1929 face à deux autres concurrents dont le Français Léon Jaussely. Obéissant à un zonage strict, le projet Jansen prévoyait un « quartier des ministères » prolongé par celui des ambassades et culminant à la résidence présidentielle. Les logements des hauts-fonctionnaires se répartissaient autour de cet ensemble, tandis que ceux des employés et des ouvriers étaient regroupé autour de la gare. Le plan prévu par Jansen fut appliqué jusqu'en 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, la spéculation foncière et l'exode rural, rendit impossible tout tentative de planification urbaine. La ville devint alors une importante agglomération habitée par une population qui au deux tiers vivait dans les années 1960-1970, dans des logements illégaux autoconstruits (bidonvilles). Ankara est une ville tout à la fois moderne et ancienne puisqu'elle possède de nombreux vestiges romains et une forteresse byzantine bien conservée. Elle contient notamment un temple romain dédié à Auguste ainsi que le plus grand musée hittite au monde. Ataturk y est enterré au Anıtkabir, un mausolée grandiose achevé en 1953. Ankara est marquée par un climat continental, l'hiver est froid avec beaucoup de neige, l'été est chaud et sec. Les précipitations totales sont relativement faibles, avec un pic de précipitations au printemps, durant les mois d'avril et mai.


39°45'20.3"N 32°48'14.0"E - 39.755650, 32.803900


Notre emplacement


Notre emplacement


LA piscine

Mardi 11 juin 2019 / jour 38 - Istambul, Turquie


Départ ce matin de bonne heure, comme la route est super bonne, autoroute, (j'ai pris la vignette pour 60 TL) nous décidons de relier Istambul directement, à notre grande surprise nous roulons sans problème et sans bouchons. Nous trouvons le parking sans problème, par contre il a fallu tricher avec le GPS qui voulait absolument nous emmener par le tunnel sous le Bosfore qui a une hauteur de 2,80 mètres. Arrivée au parking un peu difficile vu le parcage des voitures. soirée tranquille.




Notre itinéraire du jour ( cliquer sur la carte pour l'agrandir )



Itinéraire sur carte Google (cliquer sur le mot itinéraire)

Passage ville: Gerede - Bolu - Izmit


METEO Matin: Nuageux 19°c
METEO Midi: Beau 30°c
METEO Soir: Beau 29°c

DEPART: 07h55
Ville: Gölbaşı, Ankara
Pays: Turquie


ARRIVEE: 16h15
Ville: Istambul
Pays: Turquie

TYPE D'ARRET:
Parking
TARIF: 70 + 70 = 140 Tl (70 pour la remorque)
TV SAT: OUI, de nouveau OK

EAU: OUI
VIDANGE: OUI
ELECTRICITE: OUI
WIFI: 4G


TEMPS DE PARCOURS: 6h34
MOYENNE: 75 km/h
CONSO MOYENNE: 11,9 l.
PÉAGE achat vignette: 60 TL (9€)

COMPTEUR DEPART: 83323 km
ARRIVEE: 83820 km
TOTAL: 497 km
CUMUL: 4655 km

Point GPS bivouac nuit:
Istanbul ou Istamboula [istɑ̃bul] (en turc : İstanbulc [isˈtanbuɫ]), appelé officiellement ainsi à partir de 1930 et historiquement Constantinople, est la plus grande ville et métropole de Turquie et la préfecture de la province homonyme, dont elle représente environ 50 % de la superficie mais plus de 97 % de la population. Quatre zones historiques de la ville sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1985. Istanbul est le principal centre économique (pôle financier, commercial et industriel) de la Turquie mais aussi la capitale culturelle du pays. Istanbul est la plus grande agglomération du pays. La population de l'ensemble de l'agglomération stambouliote est évaluée à 15 millions d'habitants en 2014, ce qui en fait l'une des plus grandes aires urbaines du monde. Forte d'un héritage culturel et historique important, la ville cosmopolite est un haut lieu du tourisme. Située de part et d’autre du détroit du Bosphore — donc à cheval sur deux continents, l’Europe et l’Asie — Istanbul est généralement considérée comme européenne parce que la ville historique est située sur la rive occidentale du détroit. Appelée officiellement İstanbul depuis le 28 mars 1930, elle a porté d'autres noms durant son histoire (encore parfois utilisés selon les contextes) notamment Byzance au moment de sa fondation, puis Constantinople (à partir du 11 mai 330 en l'honneur de l'empereur romain Constantin Ier). Appelée aussi la « Deuxième Rome », Istanbul appartint d'abord à la Thrace, puis à l’Empire romain dont elle fut la seconde capitale après 395 (devenu l'Empire romain d'orient et appelé au xvie siècle « byzantin » par Hieronymus Wolfe), ensuite à l’Empire ottoman depuis le 29 mai 1453, et enfin, juste après la chute de celui-ci le 10 août 1920, à la République de Turquie, dont elle fut capitale jusqu'au 13 octobre 1923, lorsque cette fonction administrative fut transférée à Ankara. Les anciens noms de la ville, Byzance puis Constantinople, témoignent de cette longue histoire. Seules quelques autres grandes villes ont eu trois noms au cours de leur histoire. Du point de vue historique, il est possible de considérer qu'avec Athènes et Rome, Constantinople est l'une des trois capitales antiques les plus importantes. Les habitants de la Byzance antique étaient appelés Byzantiotes et ceux de Constantinople, les Constantinopolitains ou les Politains. Par contre, aucun citoyen de l'Empire romain d'orient ne s'est jamais appelé Byzantin : ils se définissaient comme « Romains » et lorsqu'ils sont devenus sujets de l'Empire ottoman, celui-ci les a organisés dans le milliyet de Rum. Les habitants d’Istanbul sont les Stambouliotes ou les Istanbuliotesf. La « Sublime Porte » ou simplement « la Porte » était quant à elle le nom français de la porte d'honneur monumentale du grand vizir à Constantinople, siège du gouvernement du sultan de l'Empire ottoman. Istanbul s'étend sur les rives asiatique et européenne du Bosphore, qui sépare l’Asie de l’Europe, et relie la mer Noire à la mer de Marmara. La ville d’İstanbul se situe tout près de la faille nord-anatolienne. Celle-ci est une faille active qui a déjà produit plusieurs séismes très destructeurs à l’époque contemporaine. L’étude de la sismogenèse locale laisse craindre avec une forte probabilité qu'un séisme important frappera İstanbul au cours des prochaines décennies. Une étude faite par des géologues mexicains donne une probabilité de 85 % pour un tremblement de terre majeur avant 2025. Par ailleurs, la difficulté de faire appliquer des règles de construction parasismiques en Turquie fait penser que la plupart des habitations, notamment celles des quartiers populaires, ne résisteront pas. La ville connut plusieurs séismes importants dont particulièrement ceux de 1509 (appelé « la Petite Apocalypse »), 1763, 1894 et 1999. Istanbul bénéficie d'un climat tempéré, influencé par des zones continentales, mais aussi par les masses maritimes au nord et au sud. Le climat d'Istanbul étant un climat de transition entre le climat océanique (classification de Köppen: Cfb), le climat subtropical humide (classification de Köppen: Cfa) et le climat méditerranéen (classification de Köppen: Csa). Les étés sont assez chauds, avec un air humide mais des pluies limitées (plus de 295 heures de soleil par mois en juin, juillet et août). Les hivers sont froids et humides, avec beaucoup de pluies et souvent de la neige, mais ils sont rarement glaciaux (moins de 76 heures de soleil par mois en décembre, janvier et février). Les printemps et les automnes sont doux et modérément humides. La moyenne annuelle des températures est de 14 ° C. Janvier et février sont les mois les plus froids avec une moyenne de 6 ° C ; juillet et août les plus chauds avec une moyenne d'environ 23 ° C. Il y a par an vingt-et-un jours de gel répartis de novembre à mars comme les dix-neuf jours de neige. Les précipitations annuelles moyennes sont de 850 mm par an. Elles sont irrégulièrement réparties tout au long de l'année, plus élevées entre l'automne et l'hiver et plus basses entre le printemps et l'été. Mais la pluie est présente toute l'année et il n'y a pas de saison sèche, parce qu'il y a assez de précipitations pendant le printemps et l'été, et le temps est très humide5. L'humidité relative moyenne annuelle et plus de 70 % et est élevée toute l'année5. Il neige presque chaque hiver et les chutes de neige abondantes sont assez fréquentes mais habituellement de façon courte. Après chaque chute de neige, la neige reste seulement quelques jours. Le brouillard est très fréquent toute l'année, de vingt-deux jours par mois entre novembre et avril à seize jours par mois de mai à octobre pour un total en moyenne de 228 jours par an5. Malgré un climat généralement clément, des épisodes extrêmes sont enregistrés. La température la plus élevée a été enregistrée le 12 juillet 2000 avec 40,5 ° C6. La température la plus froide a été enregistrée le 9 février 1927 avec −16,1 ° C6. Le 16 octobre 1985, on a mesuré plus de 212 mm de pluie en vingt-quatre heures6. En mars 1987, plus de 60 cm de neige ont été relevés à la côte, avec une hauteur maximale de 80 cm, ce qui a complètement paralysé la ville. Istanbul est situé dans une des régions botaniques les plus riches de l'Asie, de l'Europe et du monde, avec plus de 10 000 espèces de plantes en Turquie, dont 2 500 endémiques à Istanbul. La couverture forestière de la province d'Istanbul est de 45 %.


41°00'15.8"N 28°57'13.3"E - 41.004380, 28.953680


Entrée Istambul


Notre emplacement


Notre emplacement

Mercredi 12 juin 2019 / jour 39 - Istambul, Turquie


Nuageux et orageux, ballade dans Istambul, visite bazard Egyptien, pont de Galata, gare de Sirkaci, Grand bazard, les mosquées, et le Pudding Shop, etc



METEO Matin 09:00 : Nuageux

METEO Midi : Orageux

METEO Soir 18:00 : Beau



Le pont de Galata


La mosquée Bleue


La mosquée Sainte-Sophie

Jeudi 13 juin 2019 / jour 40 - Istambul, Turquie


Ballade dans Istambul, il fait très chaud, visite Mosquée Bleue, le grand Bazard et Taksim.



METEO Matin 09:00 : Beau

METEO Midi : Beau, 32°c

METEO Soir 18:00 : Beau, 32°c



Visite mosquée Bleue


Devant Sainte-Sophie


La tour de Galata

Vendredi 14 juin 2019 / jour 41 - Istambul, Turquie


Ballade à Istambul, puis petite croisière sur le Bosphore. Soirée tranquille.



METEO Matin 09:00 : Beau, chaud

METEO Midi : Beau, chaud

METEO Soir 18:00 : Beau, chaud



Image et texte à venir


Image et texte à venir


La tour de Galata

Samedi 15 juin 2019 / jour 42 - Sozopol - Burgas, Bulgarie


Départ de bonheur pour éviter la grosse circulation, on a bien fait, aucun problème pour sortir d'Istanbul. Route à 4 voies jusqu'à Kirklareli (entre 2 nous avons un gros orage avec grosse pluie, cela fait du bien, la température tombe à 18°c). Passage de la douane Turque un peu folklorique car le douanier oublie de faire la sortie de la remorque et de la Clio, alors au deuxième contrôle retour en arrière pour mettre les papiers en ordre. Ensuite douane Bulgare avec à l'entrée paiement de 3€ pour désinfection, on passe comme dans un tunnel de lavage. Ensuite j'ai eu droit à 2 contrôles, ouverture des coffres, du moteur de la Clio, contrôle depuis l'entrée du camping-car pour voir l'intérieur, ouverture de la penderie et de la salle de bains. Enfin nous avons pu passer, après environ 45 minutes (pas beaucoup de monde). 10 km plus loin recontrôle, mais cette fois par la police, passeport et revisite du camping-car, là je pense que c'était la curiosité. Arrivée au camping et installation, nous sommes à plus ou moins 100 mètres de la mer. Soirée tranquille.




Notre itinéraire du jour ( cliquer sur la carte pour l'agrandir )



Itinéraire sur carte Google (cliquer sur le mot itinéraire)

Passage ville: Babaeski - Kirklareli


METEO Matin: Beau
METEO Midi: Pluie orage, sur la route
METEO Soir: Beau

DEPART: 07h15
Ville: Istambul
Pays: Turquie


ARRIVEE: 13h48
Ville: Sozopol - Burgas
Pays: Bulgarie

TYPE D'ARRET:
Camping Gradina
TARIF: 40TL (20€)
TV SAT: OUI

EAU: OUI
VIDANGE: OUI
ELECTRICITE: OUI
WIFI: 4G


TEMPS DE PARCOURS: 5h46
MOYENNE: 60 km/h
CONSO MOYENNE: 12,8 l.

COMPTEUR DEPART: 83820 km
ARRIVEE: 84128 km
TOTAL: 348 km
CUMUL: 5003 km

Point GPS bivouac nuit:
Sozopol (en bulgare Созопол) est une petite ville de l'oblast de Bourgas, dans l'est de la Bulgarie. Sa population s'élevait à 5 276 habitants en 2013. Sozopol est située sur une presqu'île dans l'Est de la Bulgarie, dans la partie méridionale du littoral de la mer Noire. La ville est le siège de la commune de Sozopol. Elle se trouve à trente-quatre kilomètres au sud-est de Bourgas (le chef-lieu de la région). Son climat est tempéré pontique. La côte alterne plages et caps rocheux, avec des îlots. Les premiers signes d'occupation humaine sur le site de Sozopol remontent au quatrième ou troisième millénaire av. J.-C., à l'époque de la civilisation dite pélasgique. Au deuxième millénaire av. J.-C. se développe ici la civilisation thrace. Des artéfacts archéologiques trouvés sur place remontent à l'âge du bronze. Au vie siècle av. J.-C., Milet y installe une colonie sous le nom d'Antheia2. Ce nom fut rapidement changé en Apollonia — puis Apollonia Pontica et Apollonia Magna — du fait d'un temple consacré à Apollon et dont une statue colossale, transportée plus tard par Marcus Terentius Varro Lucullus à Rome, sera placée dans le capitole. Au ier siècle av. J.-C., la cité fait partie du royaume des Odryses avant de devenir romaine (province de Thrace). Au ier siècle, le nom de Sozopolis (grec moderne : Σωζόπολις) commença à apparaître dans les écrits. Sozopol appartint successivement aux Byzantins, aux Bulgares et aux Ottomans. Ces derniers appelèrent la ville, selon les périodes, Sizebolu, Sizeboli ou Sizebolou. La région de Sozopol fut christianisée dès les premiers siècles après Jésus Christ. La ville fut le siège d'un évêché au moins depuis 431. Celui-ci fut suffragant de l'archevêché d'Andrinople jusqu'au xive siècle. Le nom de huit évêques de la ville est connu (Le Quien, Oriens christianus, I, 1181) : Athanase (431), Pierre (680), Euthyme (787), Ignace (869) ; Theodose (1357), Ioannice (qui devint patriarche de Constantinople en 1524), Philothée (1564) et Joasaph (1721). En 1808 l'évêché fut intégré à celui d'Akhtopol. Après l'indépendance bulgare au xixe siècle, la région de Sozopol a été intégrée à la Bulgarie ; en 1923, conformément au traité de Lausanne, presque toute sa population, qui était grecque, a été déplacée en Grèce, où elle fut installée en Chalcidique, au sud de Thessalonique dans la « Nouvelle Sozopolis »3, et a été remplacée par des réfugiés bulgares venus de Thrace orientale grecque. Hérité de l'Antiquité tardive, le style des maisons traditionnelles (base en pierre, étage et toit en bois, véranda) se retrouve partout dans les Balkans et en Anatolie, mais est mieux préservé dans la vieille ville de Sozopol qu'ailleurs. La ville possède un Musée archéologique consacré à l'ancienne cité, Apollonie du Pont. L'économie de la ville repose principalement sur le tourisme estival. Les autres activités sont liées à la mer et, notamment à la pêche.
Bourgas (en bulgare, Бургас) est une ville de 200 271 habitants (31 décembre 2010), située dans l'oblast de Bourgas, sur une péninsule au bord de la mer Noire. Son port est le premier port de la Bulgarie. On y trouve également un complexe pétrolier. Bourgas possède une maison de jeu, un théâtre, une philharmonie, une galerie d'art, une université, un établissement d'enseignement supérieur et des instituts de recherche. À Bourgas, le climat pontique de la mer Noire est de type continental humide avec des hivers rigoureux et enneigés et des étés méditerranéens. Les tempêtes de neige, venant du Nord-Est, sont fréquentes en février et les températures moyennes chutent entre 0 et 7 °C. Les étés sont chauds, généralement secs et ensoleillés avec parfois quelques orages nocturnes, et les températures montent entre 20 et 30 °C mais peuvent atteindre 40 °C lors d'épisodes caniculaires en août. L'automne est la saison la plus pluvieuse et la plus douce, avec des précipitations plus fréquentes en septembre et octobre prenant très souvent la forme d'épisodes orageux violents. Bourgas aurait été fondé par les colons grecs d'Apollonia (l'actuelle Sozopol) sous le nom de Pyrgos (Πύργος en grec). Durant la période romaine, elle prit le nom de Deultum, et il y avait une colonie militaire pour des vétérans (sous Vespasien - ier siècle). Au xviie siècle, Bourgas portait le nom d'Ahelo-Bourgas. La forteresse turque se trouvant dans les environs, le Pirgos, a reçu son nom de Bourgas. En 1878, année d'émancipation de la Bulgarie, la ville ne comptait que 3 000 habitants (en majorité grecs).À la fin du xixe siècle, des sociétés chimiques de transformation des huiles s'implantent. À proximité de la ville existaient des mines de sel et de fer. En 1890, la ligne de chemin de fer entre Plovdiv et Bourgas est inaugurée. La ville prend vraiment son essor avec la construction du port. Après l'arrivée des communistes au pouvoir, ceux-ci décident de faire de la ville le premier complexe industrial-portuaire et bâtissent une nouvelle ville, créée quasiment ex-nihilo à la place d'anciens limans asséchés, qui devient la quatrième ville du pays. L'agglomération actuelle s'étend aussi à la place de trois petits villages de pêcheurs pontiques : Kastiacion, Skafida et Rossokastro. L'architecture est typique des villes soviétiques à l'exception du centre minuscule qui abrite quelques trésors patrimoniaux.


42°25'11.3"N 27°38'45.7"E - 42.419806, 27.646028


Au revoir la Turquie


Notre emplacement


Plage de la mer Noire

Dimanche 16 juin 2019 / jour 43 - Sozopol - Burgas, Bulgarie


Journée à ne rien faire, manger au restaurant, baignade, je vais quand même faire une petite course au Lidl pour acheter du pain, j'en profite aussi pour prendre la vignette d'autoroute qui coute 15 lev, j'en prends une pour la voiture et une pour le camping-car, c'est un ticket valable 7 jours avec le numéro d'immatriculation dessus. Soirée tranquille.



METEO Matin 09:00 : Beau

METEO Midi : Beau

METEO Soir 18:00 : Beau 30°c



La plage


Le bus depuis la plage


La plage

Les images de la semaine


  • 588_Gölbaşı, Ankara, notre emplacement
http://wowslider.com/ by WOWSlider.com v8.7.1m